Cheminement réflexif : de l’élection présidentielle aux bistouquettes du Musée Granet.

 

Quelquefois – mais pas trop souvent – je réfléchis. Je m’interroge sur des questions plus ou moins fondamentales, avant d’y apporter – ou pas – une réponse : Comment mettre fin à la misère dans le tiers monde ? Comment faire tomber Kim Jong Il ? Quelles énergies alternatives sont susceptibles de remplacer le pétrole ? La féminité est-elle un facteur culturel ou naturel ? Des rideaux prune ou fuchsia, lesquels sont les plus assortis à mon canapé ?

Le 6 mai 2007, par exemple, j’ai longuement médité, devant une chips, sur un classique de la réflexion : la nature humaine – sujet sur lequel se sont penchés plus grands, dont moi, donc, prout. J’ai, cela dit, restreint mon axe d’étude – dans un objectif entièrement qualitatif, vous pensez bien – afin de me focaliser sur le caractère illogique de la pensée humaine.

Je vous expose un exemple tout à fait objectif – j’insiste sur le tout à fait.

Prenez un évènement quelconque. Accordons-nous sur une élection présidentielle. Deux candidats – par souci de parité, nous dirons une femme et un homme – s’y présentent.

Note de l’auteur : afin de préserver leur anonymat et de conserver une neutralité impartiale, nous leur donnerons des pseudonymes, rendant ainsi totalement impossible leur identification.

Farpaitement.

D’un côté, nous avons celle que nous nommerons Ségobelle. Anonymat, neutralité, farpaitement.

Ségobelle a de beaux cheveux, Ségobelle a de beaux yeux, Ségobelle a les dents blanches, Ségobelle est grande, Ségobelle est mince : Ségobelle est belle. Mais pas seulement. Ségobelle est cultivée, Ségobelle a fait l’ENA, Ségobelle lit Victor Hugo, Ségobelle joue du piano : Ségobelle est intelligente.

Ségobelle, c’est la plus mieux (après ma mère).

D’un autre côté, nous avons celui que nous nommerons Sarkrotte. Anonymat, neutralité, farpaitement.

Sarkrotte a un gros nez, Sarkrotte a des petits yeux, Sarkrotte a un sourire inquiétant, Sarkrotte est petit, Sarkrotte est trapu : Sarkrotte est moche. Mais pas seulement. Sarkrotte est inculte, Sarkrotte est raciste, Sarkrotte est homophobe, Sarkrotte ne lit pas, Sarkrotte cite Johnny et écoute Gilbert Montagné : Sarkrotte est stupide.

Sarkrotte est le plus pire.

Le choix , entre ces deux candidats, semble on ne peut plus évident – ne l’est-il pas ?

Mais, contre toute attente, les électeurs préfèrent Iznogoud à Mary Popins. Face à ce flagrant manque de discernement, la réaction d’individus cérebrés se manifeste de la manière suivante : tout d’abord, ils conviennent qu’il n’est pas possible que les électeurs soient aussi cons. Ensuite, ils acceptent cette idée, avant s’interroger sur les raisons de ce choix. Finalement, ils trouvent la réponse : les électeurs ont choisi le candidat qui leur ressemblait le plus.

Que dire.

Que faire.

Personnellement, le 6 mai 2007, je me suis levée. J’ai mangé ma chips. Puis, je suis allée au Musée Granet, où j’ai pris en photo toutes les bistouquettes de toutes les statues en marbre. Si ça n’a pas fait changer le résultat du scrutin présidentiel, si ça n’a pas pourvu 53% des français d’une cervelle, si ça n’a pas rendu mon avenir moins précaire, et si ça n’a pas fait baisser le prix des impôts, ni celui des raviolis, ça m’a bien fait rigoler.



 

Un an plus tard, je suis arrivée à une conclusion partielle de cet exemple illustré: l’humain n’est pas seulement illogique. Il est surtout très con. Une fois cette réflexion faite et admise, je suis allée chanter des compositions d’Enrico Macias et de Mireille Matthieu devant le Fouquets. J’ai également opté pour des rideaux prune.


N’ayant d’yeux que pour Christophe Alévêque, je n’avais jusqu’à présent pas remarqué la présence du garçon au tee shirt orange, en arrière plan. Maudite sois-je.


Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner