La schizophrénie, la redoute et moi

 

Saviez-vous que j’étais schizophrène ?  Bon, une schizophrénie plus sympathique qu’inquiétante, je vous rassure. N’allons pas jusqu’à m’assimiler à Norman Bates, non, je ne suis pas un monstre, non, jamais je n’aurais la cruauté d’empailler des animaux, et encore moins des petits oiseaux tous mignons, quelle horreur. Cette psychose, donc –car j’ai un véritable éventail de ces charmants petits désagréments mentaux à ma disposition- bisque bisque rage, mange du fromage- cette psychose, disais-je, remonte à loin.

Etant enfant, je me suis tour à tour prise pour Fantômette, Sailor Mars, la judoka de Freddy la grenouille, Jessica Rabbit ou encore Arielle, la petite sirène – OUI je me suis coiffée les cheveux avec une fourchette, OUI j’ai honte. Mais ce n’étaient que des crises de schizophrénie passagères.

Ma première crise de schizophrénie aigue eut lieu alors que je n’avais que 7 ans, oui, si jeune, et déjà complètement tarée.

A cette époque, je me prenais pour Jasmine, d’Aladdin. J’avais toute la collection de stickers, le déguisement, la poupée, le jeu de game boy, bref, j’avais tout, sauf Rajah, le tigre, mais Maman a dit : Non. Les autocollants, oui, le tigre, non.

Mon rêve d’être une princesse orientale s’est finalement écroulé le jour où j’ai tenté de m’initier à l’art de la danse du ventre. Je ne saurais trouver les mots pour vous décrire ma manière de réaliser une danse du ventre… Voyez-vous, Shakira ? Eh bien ça n’y ressemblait pas du tout.

J’ai donc pris la décision d’être Mercredi Adams. Nettement moins sexy qu’une princesse orientale, certes, mais beaucoup plus pratique.

Toute de noir vêtue, je rêvais d’aller étudier dans l’école de sorcellerie d’Amandine Malabul (car oui, JK Rowling a tout piqué à Amandine Malabul pour créer son Harry Potter) et d’adopter La Chose, quelle horreur (Pour La Chose. Pour l’école de sorcellerie, je dois avouer que l’idée me tente toujours)

Tout ça pour dire que les gothiques de 34 ans de la fac de lettres, ils me font doucement rigoler, moi qui ai fait ma crise de gothique à 8 ans et demi.

Finalement, voyant que pour prétendre à être gothique, il fallait écouter du Marilyn Manson et faire semblant de vouloir mourir, j’ai décidé de me prendre pour Victoria (anciennement Adams) des Spice Girls.

Il nous faut avouer nos pêchés sans honte : oui j’aime les Spice Girls, oui, j’ai les poupées, les cassettes vidéos des concerts, le film, les cds, les photos, les livres, les sucettes, le parfum, l’appareil photo, les plateform shoes, les tee shirts, les posters. Non, je n’ai pas honte- je réalise juste à l’instant que je leur ai lâché pas mal de fric, quand même- Oui, j’attends le come-back, oui, j’avoue, oui, je vous crotte.

Mais Maman détestant Victoria Beckham (elle trouvait qu’elle faisait pouffe et qu’elle avait une bouche à tailler des crayons HB, car Maman n’est pas vulgaire, Maman est institutrice, s’il vous plait, merci) j’ai été contrainte d’abandonner cette nouvelle personnalité sous peine de finir chez les sœurs, et finir chez les sœurs alors qu’on voulait aller dans une école de sorcellerie, c’est pas top.

Suite à cet énième échec, j’ai tenté brièvement de devenir Lara Croft, mais ma phobie du noir, des vers de terre et des araignées m’a définitivement convaincue que Lara Croft, ça n’allait pas le faire. En outre, je pense que je n’avais pas les attributs mammaires adéquats, mais bon, ça, ça peut toujours s’arranger, alors que la peur des araignées, c’est irréversible.

Je me suis donc retrouvée en quête d’une nouvelle identité. J’ai longuement hésité entre Susan Mayer (Desperate Housewives) et Carrie Bradshaw (Sex and the city), et, ne trouvant pas de solution à mon dilemme, je me suis surprise à analyser ma charmante psychose (à quoi n’est-on pas prêt à penser pour éviter d’écouter un professeur d’esthétique, je vous le demande).

Au bout de quelques heures de réflexion- il faut au moins ça- je me suis aperçue que si ma personnalité était un savant mélange d’Arielle, Jessica Rabbit, Jasmine, Victoria Beckham, Susan Mayer et Carrie Bradshaw ; je ne possédai ni de Prince Eric, ni de Roger Rabbit, ni d’Aladdin, ni de David Beckham, ni de Mike Delfino (Ah, Mike …), ni de Mister Big.

Le problème n’était alors pas de soigner ma schizophrénie (ou si peu) mais de me trouver un roudoudoudamour pour m’accompagner dans ma joyeuse frénésie psychotique.

Je me suis donc rendue dans le lieu qui me semblait le plus approprié – à savoir la fac de lettres- afin de trouver le roudoudoudamour adéquat : châtain aux yeux verts, habillé en Soft Grey, 1 mètre 75 (au delà, c’est trop haut pour moi), sourire qui tue (mais pas de sourire freedent), musclé (mais pas trop), footophobe, rigolo, mentalement équilibré, socialiste et – détail non négligeable – hétérosexuel.

Malheureusement, la population masculine de la fac de lettres n’étant constituée que de hippies chevelus, maigrichons et communistes, j’ai rapidement abandonné l’idée de trouver mon roudoudoudamour parfait en ces lieux hostiles.

N’osant pas m’aventurer à la fac de droit (ils sont mieux coiffés mais votent UMP. Je veux bien accorder une large part au physique, mais tout de même), j’ai décidé d’appliquer à ma quête du roudoudoudamour la même méthode qu’à ma quête d’habits : la consultation de ma Bible : La Redoute.

Riez, infidèles, mais sachez que mon bonheur, je l’ai toujours trouvé en feuilletant la Redoute.

Et une fois de plus, je n’ai pas été déçue.

J’ai trouvé mon roudoudoudamour parfait page 626 de la collection Soft Grey automne/hiver 2006/2007.

Le problème étant que sur la redoute, on ne peut pas commander les jolis messieurs, et que le joli monsieur en question ne voudrait certainement pas de moi, quoiqu’il en soit.

J’ai donc finalement convenu que j’avais tout à fait le droit d’être schizophrène si j’en avais envie – du moment que je n’assassinai pas d’individus sous leurs douches, cela va de soi- et qu’il était plus aisé de trouver un chat qu’un roudoudoudamour. Suite à cette éprouvante réflexion, j’ai mangé un crumble à la poire et je me suis mise à 24 heures chrono, que je vous conseille vivement.

 

Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner