Journal d’une stagiaire terriblement paresseuse et scandaleusement sous-payée n°7

 

Il vous faut savoir que le matin, je suis très irritable.

En réalité, vous n’avez pas vraiment besoin de le savoir, mais que doit-on savoir, que doit-on ne pas savoir, que sait-on, bref, le matin, je fais la gueule. Quitter ma douce couette qui sent bon pour le métro moche qui pue relève du supplice.

Et la réquisition de ma station de métro par des politiciens ponctuant leurs discours de « Guy Môquet » dans le but de récupérer des électeurs gauchistes n’améliore pas mon humeur. En constatant que le rouge coco original des posters avait été remplacé par un splendide bleu UMP, je suis devenue verte (notez la virtuosité du jeu de mots).

Au vu de mon énervement pour le moins palpable, j’ai consulté mon horoscope afin de m’informer sur le profil de la personne que j’allais assassiner dans la journée. Mais pas de meurtre annoncé pour les Verseaux, non. Plutôt une prédiction qui m’a glacée d’effroi :

Travail : Soyez moins conservateur, ouvrez vous aux idées nouvelles.

Tout en convenant que j’aurais mieux fait d’être Capricorne – Libérez-vous des contraintes inutiles, offrez vous des moments de détente – je m’inquiétais concernant la teneur de « l’idée nouvelle ».

Allait-on me demander de photocopier la Bible en 450 exemplaires ? Devrais-je relier La Redoute ? Serai-je contrainte de préparer un Osso Bucco à l’abominable secrétaire ?

Non, rien de tout cela.

Refreinant une véritable explosion de joie, j’ai appris que je devais livrer un colis à … Lille. Au début, j’ai cru à une blague : je me suis mise à pouffer « Hihihi t’es con, genre pour 300 euros par mois je vais me tirer à Lille hihihi ». Voyant que mon interlocutrice ne pouffait, mais alors pas du tout, je m’en suis allée dans mon coin de couloir et ai entrepris de me transformer en machine à café Senseo.

J’étais intimement convaincue que je pouvais le faire.

Oui, je savais que mon sang deviendrai du café, ma tête un bec verseur, mon cerveau une dosette et ma peau de l’inox vert pomme. J’étais sur le point d’y parvenir lorsque j’ai été coupée dans mon élan : l’abominable secrétaire voulait que je lui photocopie son abominable dossier en 28 exemplaires.

Ma métamorphose a alors été interrompue au stade de la cervelle dosette.

Et cette transformation est irréversible. Cela étant, ça n’a pas altéré ma capacité à photocopier. Ma cervelle-dosette et moi-même sommes ensuite parties pour Lille, afin de déposer la cassette d’un téléfilm que France 3 diffusera, et que nous ne regarderons pas.

Nous étions ravies.

 

Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner