Laura, votre envoyée spéciale – et fabuleuse – au procès Colonna n°1

Bon. Vous aurez très certainement déduit de cet inquiétant silence que wordpress et moi connaissons quelques incompatibilités d’humeur. Sans doute même avez-vous pouffé en apprenant mon ambition de créer un blog. Perfides lecteurs.

En bref, mon hermétisme face à un feuillet de style CSS s’éternisant quelque peu, j’ai pris la ferme décision de continuer à publier mes billets ici, en attendant qu’une âme charitable et compétente s’émeuve de ma situation et me fasse mon thème – pitié.

Ce projet abandonné, les enseignants chercheurs feignasses en grève – pensiez vous sérieusement que je projetai d’entamer un doctorat par simple passion livresque ? je ris – le shopping relégué au rang de lointain souvenir, et ma prof d’hébreu s’élevant au rang de connasse suprême – ce qui n’a aucun rapport, mais il fallait que ce soit dit – me voilà donc libérée de toute contrainte.

SI, j’en ai.

J’aurais pu feignasser, manger des gâteaux, regarder des séries débiles, les trois en même temps, oui, j’aurais pu.

Mais je vais vous épater – parfaitement – car, animée par un grandiose élan citoyen, j’ai entrepris de suivre le procès Colonna.

Et me suis levée à 7 h du matin.

Eh ouais.

Et au-delà de l’opinion libre et personnelle que cette initiative était supposée m’apporter, j’ai eu l’agréable surprise – mais en est-ce vraiment une ? – de constater que ma malédiction poissarde était toujours là, présente, pesante, abominable.

Le procès débutait à 13 h 30.

Courageuse, persévérante, fantastiquement belle – je vous pisse à la raie : c’est mon texte, j’y raconte ce que je veux – j’ai attendu.

Le temps passait lentement, la faim me rongeait terriblement, je m’interrogeais anxieusement : ce projet allait-il être aussi désastreux que tous ceux entrepris jusqu’alors ? Allais-je, de ce fait, le tuer dans l’œuf et lui préférer la feignantise et/ou les gâteaux et/ou les séries ? Allais-je survivre à mon réveil auroral ? Comment se traduit « connasse », en hébreu ?

Finalement, le procès fut suspendu. Malédiction poissarde, présente, pesante, abominable.

En tous cas, j’espère que Colonna est innocent.

S’il s’avérait que je me sois levée à 7h pour un assassin, je n’hésiterai pas à lui envoyer mes feuillets de style CSS.

Non, je n’aurai pas peur, et ne reculerai pas.

 

Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner