Etape grandement sous-estimée du déménagement: l’installation.

 

Ça y est.
Vous avez trouvé un appartement viable situé dans un environnement peu hostile, et cela à un loyer parisiennement raisonnable.
Vous êtes ruiné, certes, mais soulagé : vous voyez là la fin d’un interminable calvaire, semé de logements moches et de refus de dossiers. Vous vous imaginez, confortablement lové sur un canapé moelleux, déguster un délicieux croissant devant un bon film. Oui, vous imaginez, et vous ne ferez d’ailleurs que ça durant les (très longs) mois à venir.
Car vous n’avez ni canapé, ni télé à votre disposition ; et les frais d’agence ne vous permettent plus la dégustation de croissants – ni de quoi que ce soit d’autre, d’ailleurs.

Des meubles, vous en avez. Le problème réside dans le fait qu’ils se trouvent en Corse, et que ledit appartement est situé à Paris. C’est con, si j’ose dire.

 

°°°°°

 

Vous voilà donc parti en quête du Graal dans les (très) vastes contrées suédoises du royaume d’IKEA.
Mais le canapé parfait – entendez par là pas trop affreux et à un prix entrant dans les limites du raisonnable – ne s’offre pas à la vue des lâches et des impies, non. Seules les âmes pures et persévérantes auront le privilège de le voir embellir leur salon et d’y poser leurs fesses – fesses meurtries par de longues semaines de sitting sur un carrelage glacé – aïe.
La quête s’étend bientôt aux royaumes voisins. Vous parcourez avec une détermination conquérante les étendues de Fly, de Maisons du monde, de BHV et d’Alinéa, et ce à la grande joie de l’âme charitable qui se maudit d’avoir un jour prononcé la phrase ayant précipité sa fin: « Tu veux que je t’emmène à Herblay pour te meubler ? ».

 

Au cinquième week-end passé au milieu de cris de mioches traînés de force par leur parents dans les allées – alors qu’il y a un espace mioches conçu exprès pour qu’ils y hurlent sans horripiler les clients ­– et l’exaspération de votre fidèle serviteur devenant pour le moins palpable – « Putain Laura, on s’en fout que le rouge de ce canapé soit trop clair, IL EST ROUGE, alors prends le, merde ! » – vous vous résignez à commander le précieux Graal sur La Redoute.
Grave erreur : un mois plus tard, au lieu des deux semaines convenues, votre canapé est envoyé … chez votre grand-mère.
En Corse.
Quant à vos tabourets de bar, si leur montant a bien été débité de votre déjà désertique compte bancaire, ils semblent avoir disparu de la surface de la terre. (Note de l’auteur : je vous déconseille vivement de commander sur La maison de Valérie). Si votre récente addiction à Ugly Betty vous a, un temps, fait oublier la froideur de vos tomettes, la grève des scénaristes a éveillé en vous – outre un sentiment de compassion- un total ennui et un terrible mal de cul.

 

°°°°°

 

Malgré la précarité de la situation, vous décidez de ne pas vous laisser abattre et souscrivez à une offre ADSL qui vous garantit une connexion Internet en deux semaines.

Aparté: considérant que la souscription à l’offre en question a été faite le 4 février 2008, que nous sommes aujourd’hui le 22 avril 2008 et que le voyant ADSL de la Alice box est aussi lumineux qu’un trou du cul, pouvons-nous en conclure qu’il s’agissait de publicité mensongère ? Je ne m’abaisserai pas à répondre à cette question, mais je m’autoriserai toutefois une interjection: Alice, salope !
Il vous faut alors trouver une occupation.
Commencez par analyser la situation : Vous venez d’acquérir un superbe ensemble de couteaux IKEA.
Le siège du MEDEF se trouve à 200 mètres de chez vous.
Que faire ?

 

Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner