J’ai encore vu les Rolling Stones, et c’est toujours aussi bien

 

 

La première fois que j’ai vu les Stones en concert, c’était en 2003. Ils fêtaient leurs 40 ans de carrière, j’avais acheté Forty Licks. Je m’en souviens, parce que c’est le dernier CD que j’ai eu. J’attendais les notes de mon bac français. Maman n’avait jamais vu les Stones non plus, pourtant elle était fan depuis son adolescence. On était allé à Marseille exprès. Devant le Vélodrome, nous avions été interviewées par France 2, c’était même passé à la télé et on avait eu l’air de deux grosses nouilles, mais pas autant que ceux qui disent « c’est les papys du rock’n'roll’. (La vidéo erre toujours dans les archives des JT, ne comptez pas pour moi pour mettre le lien). J’avais fait floquer des tee-shirts noirs avec une langue pour nous deux, et j’en avais acheté un vrai, officiel, au concert. Il était rose bonbon avec une langue fuchsia. Je ne le sors que pour les grandes occasions.

Le concert était grandiose, je n’ai pas fermé l’œil de toute la nuit: je les entendais jouer, d’ailleurs j’étais persuadée qu’ils faisaient probablement un bœuf dans le quartier. Le lendemain, je me suis rendu compte que personne n’avait rien entendu à part moi : j’avais eu des hallucinations auditives.

J’attendais leur passage à Paris depuis 8 ans – je les ai revus au stade de France en 2006 – et j’ai failli aller faire la queue sur les Champs-Elysées, en pyjama, à 5 heures du matin, pour leur concert au Trabendo. Je n’étais pas très inquiète, j’ai su qu’ils referaient une tournée mondiale quand Ron Wood est entré en cure de désintox. Si vous n’avez pas encore vu les Stones et que vous attendez qu’ils reviennent en France, fiez-vous à Ron Wood : s’il va en rehab, c’est qu’il va y avoir une tournée.

« C’est surement la dernière fois qu’on les voit », répètent les gens. En 2003, je me souviens qu’ils disaient pareil, en faisant une petite moue triste. Keith Richards avait dit que cette phrase le faisait rire, parce que les gens la ressassent depuis les 70′s. Moi, je pense que je les verrai encore dans 10 ans. Et dans 20. Et dans 30. En fait, je crois qu’ils ne vont jamais mourir : c’est trop tard, ils ont franchi le cap, ils ne mourront plus, c’est foutu.

Ce soir, je voyais les Stones monter sur scène une troisième fois. Et c’état toujours aussi bien. J’ai ressorti mon tee-shirt rose bonbon, il a un peu rétréci en onze ans, et moi pas vraiment. Je suis sûre que Mick rentre toujours dans ses tee-shirts des décennies passées, lui. J’aurais bien voulu renouveler ma garde robe stonesque en arrivant au stade, mais les tee-shirts étaient deux fois plus chers que sur le site officiel. C’est bête, j’en avais repéré un jaune citron très seyant. Oui, j’ai des goûts très sobres.

J’étais au milieu de quinquas tranquilles, cheveux grisonnants et lunettes sur le nez. J’ai pensé « mince, on va s’ennuyer, ils ne vont pas bouger ». Sauf qu’avant les premières notes de Jumping Jack Flash, tout le monde était déjà debout, les quinquas étaient à fond. Ils ne se sont pas assis pendant les deux heures suivantes : ils ont ondulé, ils ont chanté, ils ont crié, ils ont sauté, gesticulé, ne jamais sous-estimer les quinquas.

J’ai été contente d’entendre Wild Horses – la chanson de mes déprimes lycéennes – et Gimme Shelter – je pense qu’à chaque petit déjeuner, Lisa Fisher, choriste du groupe, mange une Beyonce. Pour le choix des internautes (le public pouvait sélectionner une chanson en votant sur Internet), Mick annonce « Allumez le feu, de Johnny » en rigolant. Finalement, c’est Bitch qui a obtenu le plus de suffrages. J’avais voté pour All Down The Line.*

* (Je me retiens pour ne pas faire de blague à partir de You can’t always get what you want, je trouve que cet effort mérite d’être salué).

Mick a toujours sa démarche gracieuse de lama contorsionniste (ce n’est pas une moquerie, je trouve les lamas terriblement gracieux), Keith Richards et Ron Wood chahutent derrière, Charlie Watts vient saluer le public, les bras ballants. Il a la même dégaine que moi quand je vais chercher mon courrier dans ma boîte aux lettres en pyjama – je suis souvent en pyjama -, et que je croise un voisin. « Ah tiens, 75 000 personnes qui crient mon nom. Salut. Je vais retourner derrière ma batterie maintenant ». J’avais lu une interview où il expliquait qu’il faisait toujours des tournées parce que s’il jouait de la batterie chez lui, il se faisait disputer par sa femme. Je ne sais pas si c’est vrai, j’imagine qu’il a les moyens de se payer une maison juste pour sa batterie, mais j’avais trouvé ça drôle.

Je n’aime pas trop raconter un concert, je trouve toujours ça raté, même quand ce sont les autres qui le font. J’ai trouvé ça aussi bien qu’en 2003, j’ai mal dansé, j’ai chanté faux, je n’ai pas applaudi en rythme, j’ai eu envie de faire pipi pendant deux heures et j’ai un peu regretté qu’il n’y ait pas de confettis à la fin de Satisfaction. Je trouve ça important, les confettis.

Dans la file des toilettes, une bande de femmes discutaient : « les jeunes qui sont ici sont venus avec leurs parents, les Stones c’est notre génération ». Je ne sais pas si ça existe, « la génération Rolling Stones ». Je crois que la génération Rolling Stones, c’est celle qui a des oreilles depuis 1963.

Le stade se vide, on entend les wooouhh-ouhhh de Sympathy for the devil longtemps sur les lignes du métro. En rentrant, j’ai le cafard, c’est déjà fini. Peut-être que les gens ont raison, qu’ils ne reviendront pas. Peut-être que c’était la dernière fois.  Je vais quand même prendre soin de mon tee-shirt rose bonbon, on ne sait jamais. Il est 4h46 et j’ai Midnight Rambler dans la tête. J’espère que j’aurai des hallucinations auditives cette fois aussi.

Did you hear about the midnight rambler ? Everybody got to go

 

 

Jumping Jack Flash
You got me rocking
It’s only rock n roll
Tumbling Dice
Wild Horses
Doom and Gloom
Bitch
Out of control
Honky Tonk Woman
You got the silver
Can’t be seen
Midnight rambler
Miss You
Gimme Shelter
Start me up
Sympathy fot the devil
Brown Sugar

You can t always get what you want
Satisfaction

Partager :
  • Print
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter

Les commentaires sont fermés.

ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner